A partir de combien d’années peut-on espérer avoir les premières truffes ?

C’est très variable…Si tous les atouts ont été réunis (terrain, précédent cultural, plant mycorhizé, entretien cultural, micro aspersion….), vous devriez commencer à produire dès la 7ème ou 8ème année et quelquefois plus tôt avec le noisetier et le chêne vert (5 ou 6 ans).

Quel est le rendement que je peux espérer dans ma truffière ?

En matière de rendement, nous préférons être prudents et éviter les miroirs aux alouettes. Il n’y a rien de certain dans ce domaine des champignons souterrains, contrairement aux productions fruitières par exemple…Le terrain et les conditions météo de l’année sont là pour déterminer pas mal de choses ! Il y aura toujours des années avec et des années sans…Mais c’est vrai que la truffe, ça peut rapporter gros ! , un complément, pour la retraite…
Pour vous donner des chiffres, sur terrains maigres, on peut tabler sur 5 à 10 kilos par hectare, et, sur terrains fertiles, entre 20 et 30 kilos, voire plus, nous a-t-on souvent signalé !

Faut-il avoir obligatoirement un chien pour récolter des truffes ?

Il existe d’autres moyens que le chien pour récolter la truffe. Nous les présentons dans le chapitre « Récoltez » de notre site. Mais le chien reste le moyen le plus pratique, le plus sûr et le plus efficace pour caver. Ce n‘est pas très difficile de dresser un chien soi-même ; nous vous conseillerons pour cela !

Le brûlé est-il annonciateur de la truffe ?

L’histoire du brûlé est assez mystérieuse…Cette disparition de toute végétation au pied des arbres serait due à l’activité du champignon qui créerait dans le sol un déficit hydrique important et aurait en même temps une action herbicide. Les chercheurs n’ont jamais pu isoler de molécules herbicides pour s’en servir comme désherbant….
Ce brûlé est pratiquement toujours annonciateur de la truffe ; n’en doutons pas, dès lors que le plant a été mycorhizé et que rien n’est venu contrarier sa mycorhization d’origine ; en général, il apparaît 2 à 3 ans avant l’entrée en production et cela réconforte le planteur (et le pépiniériste !). Alors, un peu de patience, la récolte est proche…
Mais il peut exister des brûlés sans truffe, parce qu’il n’y a pas que la truffe qui donne naissance à un brûlé ; d’autres champignons peuvent le faire ; on parle de brûlé stérile ! Sauf si des brûlés de truffes ne fructifient pas pour des raisons d’ordre technique ou climatique !
Ajoutons à cela que la présence et l’importance du brûlé dépend aussi du terrain et de l’essence d’arbre. Par exemple, les brûlés seront en général plus marqués sur terrain pauvre et peu profond, et visibles plus rapidement sur noisetier et sur chêne vert….
Il est enfin possible, mais extrêmement rare, que l’entrée en production ne soit pas précédée de l’apparition du brûlé… et personne n’a d’explication.